Panier

-10% MAINTENANT AVEC LE CODE ROTIN10

plusieurs paniers en rotin et osier

Rotin ou osier : lequel choisir ?

L’attrait, en matière de décoration et d’ameublement, pour la noblesse de matières naturelles est un marqueur de l’évolution des goûts et les designers savent, de plus, en plus, adapter leurs offres en objets, meubles et accessoires en puisant dans le trésor végétal. En haut du podium, le rotin et l’osier, que l’on retrouve utilisés depuis la nuit des temps quand les hommes ont commencé à façonner leur vie vie quotidienne grâce à leur ingéniosité et leur imagination créative. Mais, dès lors, une question de pose : Quelles sont les différences de nature entre ces deux matières végétales que l’on confond très souvent et que l’on prend sans soucis l’une pour l’autre ? Ces différences sont pourtant fort nombreuses, aussi bien sur leurs origines, leurs caractères physiques, que pour leur utilisation finale. Il faut savoir que l’osier, fibre naturelle, est issu de jeunes tiges de saule, végétal cultivé dans les zones humides de l’hémisphère nord et se décline en osier vert, brut, blanc, ainsi qu’en l’osier buff. Sa grande souplesse associée à sa malléabilité en a fait un produit végétal idéal dans l’art de la vannerie, aussi bien pour fabriquer des paniers que des petits meubles. Le rotin, quant à lui, appartient à la grande famille des palmiers dont il est issu et se trouve à l’état naturel ou cultivé dans les régions tropicales d’Afrique, de l’Amérique du Sud ainsi dans les pays d’Asie du Sud-Est. Ce sont des fibres extraites des lianes de palmiers grimpants qui vont former des bâtons de rotin. Traité à la vapeur, le rotin acquiert une très grande souplesse, ce qui lui permet d’être travaillé aisément et utilisé dans la vannerie. Une fois refroidi, le rotin devient alors rigide, qualité très intéressante dans la fabrication de meubles de dimensions diverses. Bref, le rotin et l’osier, mêlant similitudes et différences, sont tous deux des produits naturels de prédilection pour permettre toute fantaisie créatrice aux designers d’objets et de meubles.

Rotin ou osier, les raisons d’un choix.

Le premier critère d’un choix entre ces deux matériaux est lié à l’environnement, à savoir si les meubles et les objets vont se trouver en extérieur ou à l’intérieur d’un domicile. En effet, l’exposition aux possibles intempéries et au soleil nécessite de choisir une essence végétale qui va le mieux y résister. De ce point de vue, le rotin est plus adapté que l’osier. Ses fibres sont naturellement résistantes et solide, même s’il peut être impacté par un climat humide ou une exposition permanente au soleil. Mais cela peut être considéré comme un « plus » car un meuble pourra prendre une jolie patine. C’est pour cela que l’on retrouve dans les jardins des salons en rotin que l’on laisse à l’air libre en permanence.

Si l’on regarde du côté de l’osier, il est clair qu’il est préférable de privilégier l’intérieur des maisons. Ceci étant, rien n’interdit de mettre en extérieur des meubles en cette matière mais alors, si l’on souhaite les préserver des intempéries et des rayons du soleil, il faudra qu’ils bénéficient d’un traitement spécial visant à les imperméabiliser pour les protéger de l’humidité. Et là, rien de très compliqué, pas besoin de passer par un spécialiste. Il suffit de diluer dans un litre d’eau chaude deux à trois cuillères de bicarbonate de soude ou une poignée de cristaux de soude. Une fois le mélange homogène, on passera sur le meuble à traiter un chiffon doux imbibé de ce mélange . Néanmoins, il faudra régulièrement l’entretenir. Pour les meubles vernis, on utilisera un mélange d’huile de lin avec un peu d’essence de térébenthine, diluée dans de l’eau.

On peut ajouter que l’osier tressé est souvent utilisé dans les jardins pour constituer des palissades et des brises-vues, ce qui permet d’ambiancer un jardin dans un esprit « naturel ». De plus, il laisse passer la lumière et l’air, c’est donc un matériel idéal pour résister à la prise au vent, mais aussi pour les plantations avoisinantes. En fait, le choix est poreux car il n’existe aucun interdit sur le fait de mettre des objets et des meubles en rotin ou en osier en intérieur, à l’extérieur ou dans une véranda. Tous deux sont très résistants ainsi que solide et c’est souvent une inclinaison esthétique et sur l’usage de ces meubles qui vont guider ce choix. A noter que, sur le plan de l’entretien, ils sont assez similaires. Généralement un coup de chiffon humide suffit à enlever la poussière et, en cas de tache et de nettoyage plus approfondi, l’eau savonneuse, un peu d’huile de lin ou d’essence de térébenthine seront parfaits ce qui est un avantage.

Et le design dans tout ça ?

chambre décoré en rotin et osier

Si les critères environnementaux ont leur importance quant au choix à effectuer pour telle ou telle essence, il en est un autre concernant le type de meuble, selon les goûts de chacun, son usage et son style. Ainsi la souplesse associée à la finesse de l’osier est à prendre en considération par rapport au rotin moins docile pour dessiner sous les mains d’un artisan d’art des formes arrondies et subtiles. Ainsi, lorsque l’on recherche une certaine robustesse, une solidité et une sécurité dans l’assise, par exemple pour des chaises et des fauteuils, il faudra se tourner vers le rotin. Et ces déclinaisons sont nombreuses. Rocking-chair, tabourets de bar, tables hautes ou basses, têtes de lit, étagères murales, etc. sont généralement proposés en rotin. De plus ce matériel peut tout à fait s’associer à d’autres, sans problème. Ainsi les créateurs peuvent tout à fait proposer des meubles mêlant le rotin avec des éléments métalliques, verriers ou en bois. De plus, ces meubles d’une grande solidité et sans entretien particulier, resteront d’une grande légèreté. Pour ce qui concerne l’osier, sa texture plus fine avec une grande malléabilité, sa faculté d’être tressé orienteront les designers vers la création d’objets de décoration intérieure ou des meubles d’appoint moins sollicités. Ce seront donc des objets très divers du quotidien, corbeille, cache-pot, miroir mural, abat-jour, malle, panier, etc. Ceci étant, il est aussi tout à fait possible de fabriquer des meubles de plus grandes dimensions et d’une belle facture avec des tressages entremêlés. On peut alors évoquer les paravents d’intérieur qui seront parfaits dans une chambre ou pour séparer l’espace d’une grande pièce sans gêner le passage de la lumière et de l’air. Aussi le choix de meubles en rotin, au delà de leur caractère esthétique, est leur grande mobilité. C’est donc un critère à privilégier dans son choix.

Comme on l’aura bien compris, les meubles et objets dans ces deux essences voisines sur bien des points ont des caractéristiques communes, leur belle allure naturelle, leurs coloris allant du beige au marron clair ou foncé, leur texture et l’aspect au toucher. Un autre plus indéniable, c’est le fait qu’il est tout à fait possible d’associer dans un même espace des meubles et objets en rotin et en osier, selon leur usage propre et leur esthétique. Leur pouvoir d’attraction, leur, originalité permettent alors de construire des ambiances chaudes et accueillantes, mais aussi, associés à un mobilier plus moderne, métallique ou branché, de donner ce petit plus naturel et chaleureux à un design scandinave, par exemple.

Si leur utilisation remonte à des millénaires, leur renouveau pour aujourd’hui élaborer objets et meubles est dans l’air du temps. Ainsi, leur caractère naturel, leur grande solidité et résistance dans leur usage sont un remède à l’obsolescence plus ou moins programmée des mobiliers de facture industrielle. C’est un aspect offrant un usage « écologique », respectueux de la nature, léger et sans crainte de la pollution de l’air ambiant par les meubles en PCS saturés en solvants et autres plastiques, qui en font des matériaux d’avenir. De plus la grande liberté de ton des créateurs et des artisans d’art permet de concevoir des ambiances à la fois moderne et cosy. Bref, faire le choix du rotin et de l’osier est l’exercice du bon sens et du bon goût en matière d’ameublement et de décoration.